Interview de Stéphanie Lahana, éditrice et conseillère éditoriale

stéphanie lahana

J’ai le plaisir de recevoir aujourd’hui, Stéphanie Lahana, directrice des Éditions du Puits de Roulle, et de la Brodeuse de mots, une activité visant à aider les auteurs ayant souhaité de s’autoéditer.

Bonjour, Stéphanie, et merci d’avoir accepté de répondre à cette interview aujourd’hui. 
Pourriez-vous nous présenter vos différentes activités ?

Bonjour Blandine, bonjour à tous. C’est un plaisir que de répondre à vos questions. Je suis à la fois éditrice à compte d’éditeur et prestataire de services en aide à l’autoédition.

L’aventure a commencé il y a plus de dix ans. À l’époque, je vivais en région parisienne et travaillais dans l’audiovisuel, mais l’écrit a toujours été mon domaine de prédilection. D’ailleurs, l’écriture est primordiale dans l’audiovisuel, qu’il s’agisse de films, de séries TV, d’animés ou encore de jeux vidéo, rien ne peut se faire sans avoir été préalablement écrit.

En dehors de mon travail, j’effectuais bénévolement des relectures de manuscrits, des corrections éditoriales et des réécritures de textes. Puis, j’ai quitté la capitale pour m’installer dans le sud de la France, à Nîmes. C’est là que j’ai décidé de faire de cette expérience mon métier.

Cela ne s’est pas fait en un claquement de doigts. Il a fallu dans un premier temps bien définir mon projet puis vérifier sa faisabilité. La première idée a été de mettre mon savoir-faire à la disposition des particuliers ou des institutions (entreprises, associations, etc.) qui cherchent de l’aide pour publier un écrit (romans, pièce de théâtre, poésie, lettre d’information, etc.), car cela demande un travail considérable tant sur le fond que sur la forme. J’ai passé une année à me former à la gestion d’entreprise auprès de la boutique de gestion locale, puis j’ai testé mon activité en couveuse d’entreprises pendant deux autres années, tout en continuant à me former.

Comme mon activité démarrait bien, j’ai décidé de créer aussi une maison d’édition, afin de promouvoir des ouvrages qui sont à mes yeux des moyens de créer du lien et partant, de faire du bien. Les Éditions du Puits de Roulle sont nées en même temps que La Brodeuse de Mots.

Si je comprends bien, vous mettez donc votre expérience à profit pour deux types de missions :

– l’édition traditionnelle en tant qu’éditrice des Éditions du Puits de Roulle

– mais aussi l’aide à l’autoédition avec La Brodeuse de mots.

C’est bien cela ?

 Oui, c’est ça.

Concernant la ligne éditoriale des Éditions du Puits de Roulle, il semble essentiel à vos yeux de mettre en avant des écrits engagés. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

 C’est vrai, oui, c’est ainsi que je considère mon activité, comme un engagement. Un engagement vis-à-vis de l’auteur que j’intègre dans ma maison d’édition, un engagement aussi vis-à-vis du lecteur et un engagement vis-à-vis de certaines valeurs qui me sont chères, telles que le respect et l’empathie. C’est aussi le moyen de défendre des causes, comme la cause animale, chère à mon cœur. J’ai d’ailleurs créé une collection qui lui est entièrement dédiée : la collection « Être sensible », collection que vous connaissez bien d’ailleurs Blandine, puisque c’est celle qui a l’honneur d’avoir publié l’histoire de votre chien « Lord, seigneur des rues roumaines », un petit bijou !

Mais revenons à l’engagement. Le verbe « éditer » a plusieurs sens. Le premier est : modifier, corriger, ce qui fait partie intégrante du travail d’éditeur. Le second sens est « faire paraître au public ». Il y a là toute l’idée, que j’aime particulièrement, de lien, de lier, relier les hommes entre eux grâce au livre, tout comme on relie entre elles les pages d’un ouvrage, de rendre publiques des idées auxquelles j’adhère et qui me semblent apporter une petite dose de bien dans ce monde. C’est un peu ma part du colibri.

Revenons-en à La Brodeuse de mots : quels types de services proposez-vous aux auteurs indépendants ?

Avant de répondre en détail à cette question, si vous le permettez, je tiens à préciser aussi le rôle de l’éditeur dans une maison d’édition, car il me semble que cela peut aider le lecteur à comprendre la différence entre édition, édition à compte d’auteur et autoédition ou édition indépendante.

En tant qu’éditrice, aux Éditions du Puits de Roulle, je choisis parmi des « tapuscrits » qui me sont envoyés ou parmi des ouvrages déjà édités, par exemple en autoédition (ça a été le cas pour Tisserand du soleil, par exemple), des œuvres qui correspondent à ma ligne éditoriale. C’est la maison d’édition qui finance tout (dans le cas contraire, on est dans le compte d’auteur, qui n’est pas de l’édition ; en effet, au regard de la loi, le contrat d’édition ne s’entend que si l’édition [fabrication, publication et diffusion de l’ouvrage] est un investissement propre de l’éditeur). L’auteur est rémunéré en droits d’auteur.

En tant que prestataire de services, via La Brodeuse de Mots, j’apporte mon savoir-faire aux auteurs ou associations, entreprises, etc. qui souhaitent s’autoéditer, c’est-à-dire, qui souhaitent s’éditer eux-mêmes pour quelque raison que ce soit (indépendance, simplicité, délais, etc.), sans passer par l’intermédiaire d’une maison d’édition et surtout pas par un compte d’auteur.

Ils peuvent me confier la totalité du travail ou bien une partie. C’est selon les cas. Cela peut concerner la saisie du texte et la mise en page ; les corrections (orthographe, grammaire, style, règles typographiques) ; la réalisation de la couverture ; l’obtention de l’ISBN ; la conversion du manuscrit et de la couverture en fichiers en HD pour impression ; l’impression (réalisée en France par d’excellents professionnels soucieux de l’environnement) ; les formalités administratives et juridiques. J’accompagne ainsi les personnes dans tout ce qui relève du texte et de la création du livre en tant qu’objet. La partie diffusion, communication, publicité, vente intervient ensuite, c’est l’auteur qui s’en charge.

Dans le cas de l’autoédition, il n’est pas de question de cession de droits, l’auteur étant son propre éditeur. Puisqu’il a financé sa publication, il touche l’intégralité du fruit de ses ventes, ce qui lui permet généralement de rentrer dans ses frais, voire d’engendrer un bénéfice.

Ces points que vous rappelez me semblent en effet essentiels. La Brodeuse de mots peut donc adapter son offre aux besoins de chaque auteur afin de proposer un accompagnement sur mesure.

 C’est ça.

 Selon votre expérience, observez-vous une différence de profil entre les auteurs souhaitant rester complètement indépendants, de ceux préférant uniquement être édités par une maison d’édition ?

 Ah ! Bonne question. Est-ce que j’ai pu observer une différence de profil entre les auteurs qui souhaitent rester indépendants et ceux qui préfèrent être édités à compte d’éditeur ?

Je dirais que je ne peux parler que de mon expérience. Alors, oui, de fait, il y a plusieurs profils d’auteurs mais pas forcément entre indépendants et édités à compte d’éditeur.

Il y a des personnes qui sollicitent une édition à compte d’éditeur uniquement pour des raisons financières : elles souhaitent voir leur écrit sous forme de livre, sans que cela ne leur coûte rien, ce qui a mes yeux est la pire des raisons. D’autres personnes cherchent une certaine reconnaissance dans le fait d’être accepté par une maison d’édition, là aussi, ça ne paraît pas être une bonne raison de vouloir être publié. Et puis, il y a des auteurs qui souhaitent être édités à compte d’éditeur pour mener à bien un travail de concert, parce qu’elles se reconnaissent dans vos valeurs aussi. « J’ai écrit un texte, ça me paraît intéressant, je l’ai relu et corrigé, retravaillé, maintenant, j’ai besoin de collaborer avec un professionnel pour l’améliorer encore et le faire connaître à un public. Je connais votre travail, j’ai lu un ou plusieurs livres que vous avez déjà édités et j’aimerais faire partie de vos auteurs », bref des personnes qui ont une attitude professionnelle.

En autoédition, j’ai rencontré différentes motivations. Il y a des personnes qui s’autoéditent après avoir essuyé plusieurs refus de maisons d’édition, heureuses de trouver via l’autoédition un moyen de faire vivre leur livre. D’autres choisissent l’indépendance, car elles souhaitent diffuser leur écrit à un public restreint (famille, amis, etc.). D’autres encore choisissent l’autoédition suite à une ou plusieurs mauvaises expériences avec une maison d’édition. Elles connaissent le milieu et s’occupent bien de leur activité d’auteur. Enfin, certaines personnes ne souhaitent tout simplement pas dépendre d’une tierce personne et préfèrent tout gérer seules. En s’autoéditant, elles gardent la main mise sur le texte, le visuel de couverture, la promo, les ventes, etc.

 De plus en plus d’auteurs optent pour un statut hybride : certains titres sont autopubliés par choix, d’autres confiés aux soins d’un éditeur. Selon vous, qu’est-ce qui motive cette évolution du statut d’auteur ?

 Là encore, les motivations dépendent des personnes, de leurs attentes et de leur caractère. Personnellement, pour ce qui est de ce cas précis, la plupart du temps, j’ai rencontré des auteurs qui publiaient en autoédition parce que leur éditeur habituel avait refusé leur manuscrit pour X raisons. Un auteur indépendant peut aussi proposer un manuscrit à un éditeur parce que son texte est différent de ce qu’il écrit habituellement et correspond mieux à la ligne éditoriale de telle ou telle collection, cela lui permettant de toucher le bon lectorat.

 Que conseilleriez-vous aux auteurs hésitant entre les deux modes d’édition ? Selon vous, quels sont les points essentiels à prendre en compte afin de choisir la méthode qui convient le mieux au cas par cas ?

 Je pense qu’avant toute chose, l’auteur doit se poser la question de savoir pourquoi il souhaite voir son manuscrit publié. Il doit répondre sincèrement à cette question, car la réponse déterminera en grande partie la meilleure solution pour lui. Selon le but qu’il cherche à atteindre, l’édition à compte d’éditeur ou l’édition indépendante conviendra le mieux.

 Enfin, revenons-en si vous le voulez bien à la notion de textes engagés. Vous êtes, vous-même très engagée dans divers domaines, notamment pour la cause animale (comme vous le disiez précédemment, toute une collection de votre structure est dédiée à celle-ci). Alors que les sorties de romans sont de plus en plus nombreuses chaque jour, et l’espérance de vie de chaque titre de plus en plus éphémère, pensez-vous qu’il soit encore possible de combiner fiction et textes engagés ?

Aux Éditions du Puits de Roulle, nous avons publié des romans, des fictions donc, et des textes engagés sous forme de récits ou d’essais. Le marché du livre papier est en recul depuis plusieurs années et 2018 a été l’une des plus difficiles avec une baisse des ventes enregistrées au niveau national de 1,7 %, la plus forte depuis dix ans. Seuls les secteurs de la BD et de la jeunesse ont le vent en poupe, alors oui, il est difficile pour nous de publier des nouveautés dans les domaines cités plus haut, car cela demande du temps et de l’argent. Or, plus il y a de titres publiés, plus il est difficile d’être visible et donc, de vendre. Par ailleurs, les tarifs de La Poste qui ne cessent d’augmenter et les vendeurs tels Amazon, la Fnac, etc. qui nous imposent des conditions drastiques mangent le maigre bénéfice des ventes, car contrairement à ce qu’un public ignorant du marché peut croire, un éditeur ne se met pas 90 % du prix de vente d’un livre dans sa poche, nets d’impôts. Un exemple tout frais de ce matin même. Une commande de la Fnac pour un livre vendu 12 €, prix public. Nous leur accordons une remise de 30 %, soit 8,40 € le livre pour eux qui refusent de payer les frais de port qui sont de 5,28 € pour cet ouvrage. Au final, il reste 3,12 € pour la maison d’édition. À cela, vous ôtez 1,20 € de droit d’auteur, il reste 1,92 €. Avec ça, vous devez payer l’essence pour aller à La Poste, des enveloppes à bulles pour les expéditions, vos charges diverses. Alors, épargner en vue de nouvelles publications ou de retirages est possible oui, mais long. Nous publions donc moins de nouveautés, mais je continue à le faire, car il me semble crucial de pouvoir donner vie à ces ouvrages.

Un très grand merci à vous Stéphanie, pour ce temps précieux que vous nous avez accordé. Nous vous souhaitons le meilleur pour la suite !

stéphanie lahanaPour en découvrir plus sur les éditions du Puits de Roulle, ET/OU sur La Brodeuse de mots c’est ici :
Site
Page Facebook

 

 

 

 

 

 

Partagez cet article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *